Archives par mot-clé : soin

Beurre de karité : Comment le choisir? Bienfaits et utilisations

A travers cet article sur le beurre de karité je vais vous expliquer comment le choisir, ses bienfaits et ses différentes utilisations.

En effet pour bénéficier de tous les bienfaits du beurre de karité, il est préférable d’avoir quelques notions pour bien le choisir.

C’est un précieux allié car il à l’avantage d’être multifonction le beurre de karité sert autant pour nourrir le corps et visage que pour les cheveux.

Le beurre de karité : ses propriétés et son utilisation

Adoucissant, assouplissant, cicatrisant, revitalisant, protecteur, grâce à sa richesse en acide gras, latex et en vitamines A,D, E, F.

Pour l’appliquer il suffit d’en prélever un peu dans le creux de la main et de le chauffer entre ses paumes avant de l’appliquer directement sur la peau car il est solide et d’aspect plutôt granuleux cela est tout a fait normal et n’altère en rien sa qualité.

Idéal après une épilation, en masque pour cheveux, prévenir les vergetures, guérir les gerçures… c’est un vrai couteau suisse !

Il a tant de qualités thérapeutiques qu’il fait partie de la Pharmacopée Africaine.
Pour les préparations DIY il est préférable de ne pas dépasser les 60° au bain-marie (ou saucier) sinon on altère les propriétés du beurre végétal.

D’ou vient le beurre de karité ?

Les Fleurs du karité de couleur jaune vert servent à la production de miel au goût très prononcé.

voici les fruits dans l’arbre qui renferment le beurre de karité

L’arbre à karité pousse dans la zone au nord de l’équateur dans le désert de la savane en Afrique dans ce qu’on appelle la “shea belt” que l’on pourrait traduire par “ceinture de karité”. les principales zones de production sont inscrites sur la carte ci-dessus.

il peut mesurer jusqu’à plus de 15 mètres et peut donner des fruits jusqu’à  3 siècles.

Le fruit est composé de la pulpe d’une ou deux noix dans lesquelles se trouve l’amande

Il donne ses premiers fruits qu’à partir d’une vingtaine d’années le fruit est composé de la pulpe (qui est d’ailleurs comestible) d’une ou deux noix dans lesquelles se trouve l’amande.

Le beurre de karité est fabriqué à partir de l’amande.

Les fruits sont ramassés au sol et non pas cueillis car cela veut dire qu’ils sont arrivés a maturité avec pour conséquence l’assurance qu’ils sont plus riche en matière grasse.

3-4 kilos d’amandes donnent 1 kilo de beurre. le beurre de karité devient liquide à partir de 34°, point du fusion 28° à 35°.

Comment choisir son beurre de karité ?

Il est préférable de choisir son beurre de karité brut.

Comme vous le voyez sur la photo celui qui est blanc est d’aspect​ plus compact, est sans parfum, ou alors on rajoute un parfum, il est donc : raffiné.

Celui de couleur ivoire/jaune est brut à un parfum très typique,qui peut aller d’une odeur de noisette a celle de l’huile d’olive selon les types de beurres.

Sa texture sera un peu plus granuleuse.

Le beurre de karité : pourquoi est-il important de faire la différence entre brut et raffiné ?

Parce-que une fois raffiné le beurre de karité perd 50 à 80 % de ses propriétés ! Au minimum, car tout dépend du processus de raffinage. Donc pratiquement inutile…

Le beurre de karité raffiné c’est quoi ?

C’est que le beurre de karité est extrait à l’aide de solvant, souvent​ avec de l’hexane (dérivé du pétrole, ça fait tout de suite moins rêver ?!).

On mélange l’hexane au beurre de karité afin de dissoudre les lipides présent dans l’amande du beurre de karité.

Ensuite on chauffe ce mélange afin de faire évaporer l’hexane.

Ce procédé est utilisé afin d’augmenter le rendement de 10 à 15% tout en ayant un système de production bien moins onéreux que par la technique traditionnelle(manuelle).

Le brut lui est extrait à la main ou à pression mécanique à froid et à l’eau.

Les différents usages du beurre de karité en cosmétique

Pour le corps

Pur, ou sinon il est possible de faire très facilement des chantilly de karité pour le corps cela permet de donner de la légèreté a la matière et donc d’avoir un fini moins gras sur la peau :).

Chantilly de karité

Pour prévenir les ampoules on peut utiliser le beurre de karité, le fait de graisser la peau va éviter les frottements. Pour la prévention il est utile d’anticiper en l’appliquant régulièrement. 

Il est recommandé pour soulager les mamelons pendant la période d’allaitement et utilisé pour atténuer les vergetures sur le corps.

Il peut être appliqué tout en se massant en cas de courbatures.

Le beurre de karité soulage aussi les coups de soleil et peut-être appliqué en cas de piqûres de méduse.

Une cuillère à thé dans le bain adoucira la peau de façon exceptionnelle (attention de ne pas glisser !).

Le beurre de karité est idéal pour le soin des mains et des pieds.

J’aime bien en appliquer l’été sur les pieds pour contrer le dessèchement dû aux fait d’avoir toujours les pieds a l’air en sandales. 

L’hiver se sont plutôt mes mains qui en bénéficient.

Sinon je vous propose de faire des barres de soin comme ici : des madeleines de karité

DIY madeleines de karité

Pour le visage

Le beurre de karité est plus adapté pour une application localisée des zones de sécheresse (car c’est assez gras), irritation (ex aile du nez), lèvres (contre les gerçures) et masque.

Le beurre de karité étant très nourrissant il est idéal pour les peau sèche a très sèche ou souffrant d’eczéma et de psoriasis.

Pour les cheveux

Grâce a sa richesse en vitamine et acides gras le beurre de karité nourrit en profondeur les cheveux.

masque cheveux : Appliquez le beurre de karité sur les pointes principalement, laissez poser 20 mn a une nuit, faites votre  shampoing après ça et hop brillance garantie !

Soin nourrissant et protecteur cheveux sec et frisé : une noisette de beurre de karité avec laquelle on frictionne ses pointes sèches, si besoin on sèche avec une serviette ou sèche-cheveux a basse température. Ce soin est idéal pour protéger ses cheveux à la piscine ou à la mer 😉

Pour aller plus loin

Son nom INCI pour le reconnaitre dans les compositions de crèmes par exemple est : Butyrospermum parkii butter.
Quand on choisit sa crème on fait attention qu’il n’y ai que cet ingrédient ^^.

Butyrospermum vient du latin butyro (beurre) et spermum (semence). Parkii vient du nom de l’explorateur Mungo Park (1771-1806) qui a été le 1 er a écrire sur l’usage du karité dans son ouvrage “Travels in the Interior Districts of
Africa “.
indice de protection UV : 4  environ ( grâce aux phytostérols )

indice de comédogénicité : 0

Un autre variété de beurre de karité existe c’est le Nilotica,  de texture plus fondante il sera plus facile a appliquer par-contre le prix est plus élevé.

Un beurre de karité peut être brut mais pas certifié bio, cela ne signifie pas forcément qu’il est de moins bonne qualité, c’est seulement que le label “bio” a un coût auquel tout producteur ne peut pas faire face. Donc mieux vaut un beurre brut mais pas bio, qu’un beurre raffiné mais bio!

Le beurre de karité brut de la Savonnerie Aubergine

Je vous propose le beurre de karité qui a servi pour le comparatif raffiné/brut. Ici c’est donc un beurre de karité brut, Biologique et équitable, issu d’une filière responsable, certifié par ECOCERT Guinée.

PS : non ce n’est pas un partenariat j’ai juste a cœur de vous informer (en plus ce beurre a des valeurs éthiques tout comme la savonnerie d’ailleurs que je respecte profondément).

Voilà voilà, en espérant que l’article vous ait plu… Des questions ? n’hésitez pas !

Tipeee

L’article vous a plu? Vous avez 1 min devant vous pour me soutenir? Alors c’est par ici, visionnez une pub. Un grand merci ! 

A épingler sur Pinterest

1. C’est quoi un macérat huileux ? 2. Comment en faire un ?

C’est quoi un macérât huileux ? Comment faire un macérât huileux ? sont souvent les premières questions posées. Vous pouvez bien sûr les acheter, mais vraiment c’est très facile à réaliser, personnalisable a souhait et bien plus économique !

C'est quoi un macérât huileux ?

Un macérât huileux est composé de fleurs ou végétaux séchés les 3/4 du temps (sinon cela peut être : graines, racines, fruits) que l’on met a macérer dans un liquide durant une période définie selon la méthode employée. Le liquide fait donc office de “solvant” afin d’extraire les principes actifs de la plante/végétaux et la on obtient donc : un macérât.

Pourquoi faire un macérât huileux ?

Déjà parce que c’est naturel et très simple ! Faire son macérât huileux soi-même est un procédé très doux qui ne nécessite aucun outil particulier.

On a l’avantage de bénéficier à la fois des propriétés de la plante et aussi de l’huile support.

C’est plus économique que de l’acheter.

Le produit est plus concentré en actif.

On laisse libre cours a sa créativité en faisant des mélanges inédits ou alors adapté a son type de peau. Par exemple un macérât bronzant a base de chicorée !

Le macérât huileux peut servir en base de DIY, pour les soins du visage, du corps, en massage ou bien pour aider à “soigner”. Il est aussi très utile en support pour les huiles essentielles car vous savez que les huiles essentielles doivent être diluées avant usage.

Les différents macérâts

Eh oui il existe bel et bien plusieurs façons de faire un macérât. A mes débuts je ne connaissais que celui huileux. On utilise un macérât plutôt qu’un autre en fonction de la plante. Effectivement certains actifs vont mieux se “libérer” dans un macérât glycériné plutôt que vinaigré ou huileux par exemple.

Je vous fait un petit tour de tous les macérats que je connais (et populaire) afin de vous donner une idée et que vous puissiez comparer les différentes méthodes.

Les macérats huileux : que l’on retrouve aussi sous le nom “d’huile de soin” “d’huiles infusées : c’est une macération qui s’opère dans l’huile.

Les macérats glycerinés : C’est une macération de bourgeons frais ou autres tissus végétaux (jeunes pousses, radicelles)  qui s’effectue dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine .

Les macérats vinaigrés : ils sont a base de vinaigre de cidre.

Les teintures mères : macération de plantes fraiches dans un mélange d’eau + alcool (régie par la pharmacopée française).

Les teintures officinales : macération de plantes sèches dans l’alcool.

On fera  la distinction d’une décoction qui elle, s’opère avec de l’eau.

Le macérât huileux

On l’a vu plus haut le macérât huileux est fait a partir d’une plante (feuilles, fleurs, racines, graine, fruits suivant la plante) qui infuse dans une huile végétale. Ainsi on profite donc de tous les principes actifs de la plante (vitamines, polyphénols, flavonoïdes…) et de l’huile utilisée pour la “macération”.

Quelle huile utiliser ?

Souvent celle utilisée est l’huile d’olive car c’est une huile stable dans le temps grâce a sa richesse en acide gras. Elle est moins sensible a l’oxydation et économique.

On est pas forcé de se limiter a ce type d’huile, perso j’utilise de l’huile de pépin de raisins qui je trouve pénètre mieux et même de l’huile d’argan.

Si vous souhaitez utiliser une huile moins stable comme l’huile de colza ou même celles pré-citées pensez a rajouter de la vitamine E à votre macérât (dosage ici).

Quelque soit l’huile utilisée, n’oubliez pas de la choisir vierge, de première pression a froid. Pour approfondir,  il faut savoir que certaines combinaisons d’huile + plantes ont des affinités particulières de telle façon qu’elles optimisent le macérât.

Ex : HV d’olive + millepertuis = enrichie en agents anti-inflammatoire (idéal pour soulager les brûlures).

Plantes sèches ou fraîches ?

Il est plutôt conseillé de faire son macérât a partir de plantes “sèches” afin d’éviter que l’eau présente dans la plante fraîche détériore le macérât par le risque de fermentation (ça risque de “pourrir”).

Pour autant certaines plantes perdent leurs propriétés si elles sont séchées comme par ex la mélisse, le millepertuis, ou la mauve et d’autres nécessite de l’être sinon c’est le rancissement garanti, par ex le Calendula.

Et pour corser un peu le tout, le procédé rentre en ligne de compte. C’est a dire qu’a froid vu que le temps de macération est plus long on a tout intérêt a utiliser de la plante sèche.

Sur du solaire on pourra opté pour du “mi-sec”. C’est a dire que l’on laisse la plante à l’air libre jusqu’à ce que le végétal soit “frippé” sans pour autant qu’il soit totalement déshydraté.

A chaud là, pas de soucis pour la plante fraîche.

Quelle technique de macération ?

Il existe 3 procédés de macérationa froid, solaire, a chaud.

A froid : Le temps de macération sera d’un mois eh oui un peu de patience sera nécessaire afin de profiter de tous les bienfaits :). Ce type de macération permet de conserver les constituants thermolabiles, c’est a dire d’éviter que la plante perde ses propriétés a cause d’une élévation de la température.

Solaire : Alors cette technique est un peu particulière pensant qu’il fallait mettre son macérât au soleil mais en fait pas du tout ! Lors de mes lectures j’ai appris que les UV détériorent le macérât. Du coup on enveloppe bien au chaud son pot dans un sac en papier par ex (tant qu’il est opaque) non fermé.

A chaud : On utilise un ustensile tel qu’un saucier (c’est le mieux je trouve) un appareil a fondue,une yaourtière par ex, l’avantage du saucier c’est que la plante est constamment mélangée tout en étant chauffée. On règle son ustensile a une température inférieure a 60° (40° étant l’idéal) afin d’éviter d’altérer les propriétés des plantes. Pour le coup vu l’impératif de garder une température basse, on passe le chemin sur le bain-marie.

L’avantage du saucier ? On peut utiliser des plantes fraîches là pas de risque de moisissures au cours de la macération vu le timing court !

L’inconvénient ? Énergivore (c’est que mon avis perso) dans la mesure ou on le laisse tourner 3 heures. On obtient la même qualité a froid si ce n’est mieux (sauf exception pour certaine plante “capricieuse” qui préfère a chaud) car on évite la chauffe des plantes et huiles.

Pour info voici un saucier avec deux pales qui permettent de mélanger continuellement. Comme cela s’est perdu tout le monde ne connait pas ce genre d’appareil, vous pouvez en trouvez pour 10€ d’occas 😉

Quelque soit le procédé utilisé normalement l’extrait de plante représente 10% du poids total du macérât.  Au début c’est une notion que je ne prenais pas en considération mais un jour j’ai dû trop charger mon macérât en ortie et je sentais bien que ça “décapait” ma peau (eh oui le naturel peut être très efficace ne pas sous estimer sa force lol).

Plante entière ou coupée ?

La aussi il y a 2 écoles : celle entière, qui dit que cela permet d’éviter de casser la structure, les membranes et les cellules du végétal. Et l’autre école, coupée qui dit que cela permet de libérer les actifs de la plante plus rapidement. Faites votre choix ! Pour ma part je suis dans la catégorie plante entière 😉

Comment faire un macérat huileux ?

Voici une fiche qui récapitule comment faire un macérat huileux. Vous pouvez la télécharger ci-après.

On rajoute de la vitamine E pour éviter le rancissement pour le dosage pour rappel c’est par ici 😉

3 recettes de macérats

Je vous présente ici trois recettes que j’ai faite en vous expliquant les propriétés de chacune.

Le macerat d'orties

Alors pourquoi l’ortie ? Cela peut paraitre original et pourtant on sous-estime tous les bienfaits de l’ortie et qu’alors elle nous entoure souvent et est facilement accessible au détour d’une balade !

Effectivement je l’ai choisie car elle est polyvalente, elle sert de soin autant pour les cheveux que pour la peau !

Ici j’ai donc fait un macérât d’huile pépin de raisin/argan en huile de support et bien sur, l’ortie que j’ai laissé préalablement séchée tète en bas. J’ai vraiment vu une différence au fil du temps sur les imperfections et surtout mes pores étaient resserrés.

Le macérat de vanille

J’ai choisi de faire un macérât de vanille pour parfumer mes baumes et chantilly pour le corps que je fait souvent a base de beurre de karité. Cela permet de laisser un délicat parfum enivrant sur la peau. De plus une fois que vous prélevez un peu d’huile de votre macérât vous pouvez en rajouter, (la rallonger quoi ) sans pour autant changer de gousse.

On fend en 2 dans le sens de la longueur la gousse avec la pointe d’un couteau afin qu’elle libère ses actifs et parfum lors de la macération.

PS : son parfum suave lui confère des propriétés aphrodisiaque ^^.

Bien que la vanille nourrit la peau j’avoue que ma motivation première est de le faire pour son délicieux parfum . J’ai découvert qu’en fin de compte les macérats parfumés remplacent parfaitement les huiles essentielles avec les inconvénients des précautions en moins ! Par exemple j’ai fait un macérât de menthe  que j’ai incorporé à ma préparation diy de crème pour les mains et cela parfume parfaitement !

Le macérât de romarin

Le romarin est lui aussi un peu oublié comme l’ortie et pourtant il a des sacrés propriétés pour les peaux mixtes/grasses. Lui aussi est facile a trouver ou a faire pousser dans un jardin et en plus il peut vous servir pour assaisonner vos plats 😉

On y pense pas mais il peut très bien convenir pour une huile à barbe pour messieurs 😉

J’en ai fait bien d’autres comme macérât de sauge, laurier, calendula etc …Je fais pousser ces plantes sur mon balcon ce qui me permet d’en avoir sous la main continuellement.

Macérât de calendula

Pour aller plus loin

On peut mélanger plusieurs huiles entre elles ou alors plusieurs plantes afin d’avoir vraiment des combos cosmétiques très actifs ou bien totalement adapté a soi. C’est le gros avantage du macérât, le sur-mesure. L’autre avantage, c’est qu’un macérât huileux peut-être une base pour un onguent par ex, puisqu’il suffit de rajouter de la cire d’abeille pour obtenir une texture plus solide.

Le saviez-vous ?

Le macérât de millepertuis est photo-sensibilisant, on évite donc de s’exposer au soleil après son application (sous peine d’avoir des tâches).

On voit souvent passer le terme “huile de carotte” mais en fait c’est bel et bien un macérât, on devrait plutôt le nommer “macérât de carotte” puisqu’il est fabriqué a partir de de carottes macérées. D’ailleurs on oublie souvent son taux de comedogenicité qui est de 3 alors méfiez-vous si vous avez la peau grasse/mixte qui pourrais favorisez les boutons. En effet l’huile porteuse n’est pas la seule a prendre en considération pour fixer ce taux. Le pouvoir d’oxydation est important. Le macérât est fait a partir de légumes frais, sa possibilité d’être altéré par la lumière, l’air, de rancir etc sont non négligeable d’ou l’indice 3. Bien entendu on a pas toute la même sensibilité mais mieux vaut être prévenue, d’ailleurs suite à mon post instagram certaine on réagit en “disant je comprends mieux pourquoi ma peau est dégueulasse vu ton post”.

Pour la petite anecdote savez-vous que le fameux Monoï  est en fait une macération de fleurs de Tiaré dans une huile de coco et donc un macérât huileux?

tipeee

L’article vous a plu? Vous avez 1 min devant vous pour me soutenir? Alors c’est par ici, visionnez une pub. Un grand merci ! 

Je soutiens !

Epingle Pinterest

 

 

source :  les litseescitronées, altheaprovence.com thèse de Fabrice Turon, wikibooks, l’herboriste Christophe Bernard, livre créer vos cosmétiques bio, Yang Tso, le grand livre des secrets de santé d’Hildegarde de Bingen,
ma petite pharmacie au naturel, mémoire L guinnard, thèse par le docteur en pharmacie Jean-Yves Chabrier,
recherche scientifique plantes médicinales et formes d’utilisation en phytotherapie
pour l’université de Lorraine

Zanzibar crème de jour hydratante Terractive

Zanzibar, la crème de Terractive.

J’ai été très agréablement surprise par cette crème d’ou l’article lol.

C’est une crème de jour hydratante se prénommant Zanzibar de la marque Terractive qui est composée notamment du beurre de karité aux propriétés nourrissantes, de beurre de kokum et de cannelle.

D’après la marque elle est idéale pour adoucir, assouplir les peaux les plus sèches. L’extrait huileux de cannelle antioxydante stimule la circulation et resserre les pores.

Présentation de la crème Zanzibar de Terreactive

Elle a un parfum super agréable aux senteurs exotiques de vanille, elle pénètre très bien et rapidement. Elle ne laisse pas de sensation de film gras sur la peau. La peau est bien hydratée et les pores sont effectivement visiblement resserrés. Il n’y a pas besoin de beaucoup de produit, car a l’application elle est assez fluide, fondante.

Le packaging est très original pratique pour voyager et permet jusqu’à 8 applications, bon pour le coup vu le concept cela n’en fait pas forcément une crème idéale pour tous les jours.

Composition de Zanzibar, crème Terractive

Niveau composition rien à redire, elle est a 97% d’ingrédients d’origine naturelle.

Elle existe aussi en version nourrissante la gamme se décline aussi en masque et en boue, ici le site de la marque afin de découvrir la gamme.

Le prix constaté est de 3,45€ en général ou en promo actuellement chez Noz pour 0,75€ idéal pour découvrir !

Il y a très peu d’avis dessus mais je vous mets quand même le lien ici de beauty test.

DIY Anti-cernes avec 3 ingrédients

Je vous propose de fabriquer votre DIY anti-cernes avec 3 ingrédients seulement !

Si vous aussi vous êtes passées par toute les astuces de grand-mère : thé, marc de café, concombre, eau de bleuet de rose etc… en vain, ce tuto DIY peut être le bienvenu !

Effectivement aucune des solutions pré-citées n’a  fonctionné sur moi jusqu’à ce que je fasse ce petit mélange détonant et enfin efficace !

Ma surprise réside dans le fait que la simplicité de ce mélange offre une réelle efficacité.

J’ai nommé l’huile de calophylle et l’huile de son de riz ! 

DIY anti-cernes avec 3 ingrédients

La  recette

Etant sur un contenu de 5 ml, cela donne donc  :

  • 2,5 ml d’huile de Calophylle
  • 2,5ml d’huile de Son de riz

On est bien sur un ratio de 50/50.

Pour ma part j’ai utilisé un roll-on beaucoup plus facile pour l’application qui permet de libérer la juste dose car pour avoir testé l’application au doigt cela reste beaucoup plus délicat . Très peu de produit suffit et si on en applique trop cela a tendance a glisser des les yeux et du coup ca piiiique lol. Un contenant de 5 ml est largement suffisant pour vous durer plusieurs semaines.

La vitamine E permet de conserver ton DIY et évite que l’huile ne rancisse.

Vous adaptez le dosage en fonction de la quantité finale de votre DIY. Vous avez à votre disposition ici un tableau pratique vous évitant tout calcul.

Pourquoi l’huile de Calophylle ?

Une des causes des cernes bleutés est la mauvaise circulation sur cette zone.

Donc ce sont les propriétés circulatoires et fluidifiantes de la calophylle inophyle qui vont agir et ainsi atténuer les cernes !

Pas d’inquiétude sur la texture d’apparence visqueuse, sa couleur verdâtre ainsi que son parfum particulier, c’est tout a fait normal.

Si vous souhaitez plus de renseignements sur cette huile végétale atypique je vous propose mon article ici. J’aborde ses origines, ses diverses utilisations ainsi que sa composition.

Pourquoi l’huile de Son de Riz ?

Car l’huile de son de riz a des propriétés décongestionnante  idéal donc pour drainer et activer la micro-circulation sanguine !

Et en plus elle a une action anti-age, parfait pour lutter contre les pattes d’oies, non ?

Le roll-on

J’ai opté pour un roll-on acheté sur Aromazone, un 5 ml suffit amplement mais vous pouvez en trouver facilement en Biocoop ou naturalia par exemple.

Pour le dosage c’est super pratique puisque c’est le Roll-on qui gère, et en plus si vous le mettez au frigo c’est le combo gagnant pour lutter efficacement contre les cernes avec un effet rafraîchissant.

Surtout ayez la main légère seule la régularité paiera plutôt que la quantité produit.

Pour les huiles végétales il est préférable de s’orienter vers des huiles vierges, de 1 ère pression a froid afin qu’elle soit de meilleures qualités, et conservent toutes leurs propriétés et Bio. Celle de Son de riz vient de Aromazone et celle de Calophylle je l’ai achetée en parapharmacie.

Quand l’appliquer votre DIY anti-cernes avec 3 ingrédients ?

Pour l’application vu que cela a une texture assez riche il est préférable de l’utiliser le soir.

Si vous êtes plutôt dans le cadre d’une routine minimaliste, appliquez d’abord votre sérum habituel, puis votre contour des yeux et enfin finissez avec votre crème hydratante.

Dans le cadre du layering qui est  une routine plus complète (que vous pouvez retrouver ici ) on suit la même logique.

C’est un DIY qui est plus efficace que beaucoup de crèmes contour des yeux que j’ai pu tester jusqu’ici. Le coté bleutés des cernes s’estompe bien au fur et a mesure des applications (surement grace au coté green de l’huile de calophylle).

N’hésitez pas à me faire votre retour 😉

Épingle pour Pinterest


Tipeee

L’article vous a plu? Vous avez 1 min devant vous pour me soutenir? Alors c’est par ici, visionnez une pub. Un grand merci ! 

DIY Madeleines au karité

Pour changer un peu des crèmes traditionnelles, j’ai donc fait des madeleines de karité qui ne sont ni plus ni moins des barres solides de soins.

La recette des Madeleines de karité

Pour cela j’ai utilisé :

Tout d’abord j’ai bien désinfecté les ustensiles à l’alcool à 70°.

J’ai commencé par faire fondre au bain-marie la cire candellila que l’on peut d’ailleurs remplacer par de la cire d’abeille en augmentant la dose d’une demi-part du coup on arrive à 1 part de cire pour la recette.

Je débute par faire fondre la cire car le point de fusion entre les différents ingrédients n’est pas le même par exemple la cire tolère des températures beaucoup plus importante par rapport au beurre de karité qui lui ne doit pas dépasser les 60/70 degrés de chauffe afin de ne pas perdre ses propriétés.

Ensuite j’ai rajouté la demi-part d’huile de coco que j’ai donc mélangé à la cire candellila qui était déjà en train de chauffer au bain-marie.

Troisième étape l’ajout d’1 part de beurre de karité au mélange.

Et pour finir je retire mon mélange du bain-marie et j’ajoute 1/2 part d’huile de monoï vu qu’elle est déjà liquide.

Voilà il reste plus qu’à mélanger et verser dans des moules en silicone, j’ai laisser sécher/solidifier une nuit. Et le lendemain tadam, les madeleines sont prêtes.

J’aime beaucoup car elle sont fondantes à point. On peut aussi varier les ingrédients en partant sur une part d’huile végétale ( amande douce, avocat…) une part de beurre végétal (cacao, mangue) et une part de cire d’abeille ou demi-part de candellila. On peut aussi rajouter des huiles essentielles.

De même si la texture ne convient pas que ce soit trop solide ou liquide on peut recommencer en remettant le tout au bain-marie, hop et voilà .

Le récap' en étapes

Faire passer un produit controversé pour un produit naturel/sain

Je parle en part afin de conserver les proportions quelque soit la quantité que vous souhaiter préparer. Si par exemple une part correspond à 500g alors c'est tout simple pour votre 1/2 part, qui sera donc de 250g

tipeee

L’article vous a plu? Vous avez 1 min devant vous pour me soutenir? Alors c’est par ici, visionnez une pub. Un grand merci ! 

Je soutiens !

Épingle Pinterest